Publication du rapport du comité ministériel sur léducation

first_img Les points clés soulevés par les Néo-Écossais pendant les consultations sont les suivants : Ce rapport constitue le premier examen approfondi du système scolaire de la Nouvelle-Écosse depuis 25 ans. Le rapport intégral, qui s’intitule « Pour en finir avec le statuquo – Les Néoécossais exigent un meilleur avenir pour tous les élèves », peut être consulté au www.novascotia.ca/review. Le gouvernement provincial doit apporter des changements considérables à la façon dont l’éducation est offerte en Nouvelle-Écosse. Le comité ministériel sur l’éducation a publié un rapport, aujourd’hui 30 octobre, qui présente sept domaines dans lesquels près de 19 000 Néo-Écossais ont affirmé que des changements étaient importants. « Le comité est ravi de présenter les résultats de son examen. Nous avons adopté une approche holistique, et nous sommes fiers d’aider la Province de la Nouvelle-Écosse à établir une feuille de route pour le changement dans notre système d’éducation », a dit Myra Freeman, présidente du comité. « Grâce au niveau élevé de participation des Néo-Écossais, le comité est bien placé pour cerner les problèmes que le gouvernement et le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance doivent aborder en priorité. » Karen Casey, ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, a accepté le rapport et a annoncé que le travail débutera immédiatement sur l’élaboration d’un plan d’action pour créer des changements dans le système d’éducation. « Je remercie le comité pour tout le travail effectué au cours des neuf derniers mois, et je remercie également tous les Néo-Écossais qui ont pris le temps de soumettre leurs commentaires au sujet du système d’éducation de la province, a dit Mme Casey. Je sais que les Néo-Écossais ont une passion pour la qualité de l’apprentissage et de l’éducation des élèves. J’ai hâte de lire le rapport et de créer un plan d’action pour le changement. » Les Néo-Écossais ont des points de vue mixtes sur la qualité du système des écoles publiques. Cinquante pour cent des répondants ont indiqué être insatisfaits. Le rapport met l’accent sur les domaines dans lesquels les Néo-Écossais sont d’avis qu’il est le plus urgent d’apporter des changements. Les thèmes du rapport sont les suivants : Renforcer le programme d’études pour susciter une transformation de l’enseignement et de l’apprentissage Favoriser un enseignement de grande qualité dans toutes les salles de classe Préparer les élèves d’aujourd’hui aux débouchés qui se présenteront à eux à l’avenir S’assurer que l’intégration fonctionne pour tout le monde Créer un climat favorable à l’apprentissage Collaborer pour améliorer la santé et le bien-être des élèves Mettre sur pied une structure moderne pour l’enseignement et pour l’apprentissage De nombreux enseignants, parents, administrateurs et élèves ont exprimé que le programme d’études couvre trop de choses et qu’il devrait se concentrer davantage sur les matières fondamentales, comme les mathématiques et la littératie. En ce qui a trait au programme d’études au premier cycle de l’élémentaire, il faut intégrer toutes les matières, et faire des mathématiques et de la littératie la base du programme d’études. La formation, l’obtention du certificat d’aptitude à l’enseignement, la discipline, l’embauche et le perfectionnement professionnel des enseignants ont été soulevés comme des domaines où une amélioration est essentielle. Les élèves ont besoin de plus de soutien lors des transitions à l’entrée et à la sortie du système scolaire et entre les niveaux scolaires. De nombreux Néo-Écossais trouvent que les élèves ne sont pas prêts à entrer dans le marché du travail ou à se lancer dans des études postsecondaires à l’obtention de leur diplôme au secondaire. Les gens s’inquiètent du fait que les élèvent passent au niveau scolaire supérieur avec leurs pairs avant d’être prêts sur le plan scolaire. Bon nombre de gens sont d’accord sur le principe de l’intégration, mais la mise en oeuvre du modèle actuel ne fonctionne pas. En l’absence de structures de soutien d’un niveau approprié, l’intégration a fait augmenter la complexité de la situation dans la salle de classe et les enseignants ont du mal à bien répondre aux besoins de l’ensemble des élèves. Le respect entre les élèves, les enseignants et les parents était un thème commun, tout comme l’importance de faire en sorte que les écoles offrent un milieu accueillant et réceptif aux groupes culturels. La création d’un climat positif à l’école est une responsabilité que se partagent tous les membres du personnel, les élèves, les parents et les partenaires communautaires, qui doivent s’associer pour donner l’exemple d’un comportement respectueux et prendre des mesures face à l’intimidation et à la violence dans les écoles. Le rôle des écoles s’est élargi au fil des années. Il est attendu que les écoles doivent faire en sorte que les élèves réussissent du point de vue scolaire, mais elles doivent aussi faire face à des enjeux tels que l’obésité, la santé mentale, la planification de carrière, la santé et le bien-être. Il est urgent de poursuivre les efforts visant à améliorer la santé physique des enfants et des jeunes dans la province. Les Néo-Écossais sont d’avis que les écoles sont en train de prendre des mesures afin de favoriser la bonne santé et le bien-être des élèves, mais ils s’entendent pour dire qu’il faut davantage d’éducation physique pendant la journée scolaire et un plus grand accent sur la sensibilisation à la santé mentale. Le gouvernement provincial doit explorer des moyens d’améliorer le mode de financement et de gouvernance du système scolaire. Il a été soulevé que le système scolaire ne fonctionne pas aussi bien qu’il le devrait pour les élèves.last_img read more